Qu’est-ce qu’on gagne en BMX?

05/01/2015  Par Fabmx1 
6


Allez, allez…en France parler d’argent, c’est souvent « tabou », mais sans argent il est difficile de vivre on en est tous conscient. Et qui plus est, pour envisager de vivre du BMX, il nous semblait important, surtout pour les plus jeunes qui imaginent devenir « millionnaires » grâce à leur passion, de faire un récapitulatif de TOUT ce qu’on peut gagner en BMX (on ne parle pas des coupes ou Trophées…) lorsqu’on est fort, surtout Élite (ou minimum Junior) et dans les finales de préférence! Nous avons aussi répertorié les primes attribuées lors du dernier Supercross moto d’Anaheim 1, histoire juste de comparer !

Voici les principaux gains et primes d’arrivées que remportent les meilleurs BMX’er de France, d’Europe, des USA et du monde. Bien entendu, les meilleurs ne vivent pas que des primes aux résultats, ils ont aussi des contrats avec des sponsors, mais ne rêvons pas… Ce que gagne le plus « bankable » des BMX’er, de source sûre… N’est même pas égal à ce que gagne un joueur de foot international « moyen », par mois…

Si certains espèrent devenir riches en pratiquant professionnellement le BMX, il est peut-être temps de changer de sport ou éventuellement de passer au motocross… Le BMX est animé par la passion et non l’appât du gain, c’est un fondamental que les jeunes doivent savoir en commençant ce sport. Regardez la suite et prenez conscience que de la passion, il en faut un max, et vivre de la race BMX reste une option, réservée à un petit nombre…

Abonnez-vous et vivez 100% de l’expérience Fabmx1.com :

Logo abo Membre

 

 











6 Commentaires

Oui, effectivement il ne faut surtout pas espérer vivre du BMX. Même avec une grande passion, de bons résultats, il n’y a pas de reconnaissance sérieuse, pas de médiatisation digne de ce nom. Par conséquent il est très difficile d’attirer des partenaires financier. Et puis combien de jeunes délaissent les études pour assouvir cette passion, les fantasmes de certains parents immatures. Le réveil risque d’être douloureux, malheureusement certains de ces jeunes sont poursuivis par les études, et finir entraîneur souvent avec péniblement le SMIC n’est pas franchement un avenir professionnel dans la conjoncture actuelle. Même quelques stages ici ou là, la vente sous le manteau de matériel n’y changeront rien. La plus grande réflexion est de rigueur pour ne pas sombrer dans cet abîme et ou il sera souvent difficile de relever la tête. Que de chemin il reste à parcourir, à nos jeunes, aux parents, aux clubs, et à la fédération Française, pour espérer une situation identique aux USA. Enfin les filles, n’est parlons pas, c’est l’inégalité sur toute la ligne.


 » Bien entendu, les meilleurs ne vivent pas que des primes aux résultats, ils ont aussi des contrats avec des sponsors » c’est bien la dessus qu’on voudrait en savoir un peu plus. Une fourchette pour un contrat fringue, ou cadre par exemple aurait été instructif.


Un palmarès des primes gagnées par chaque pilote sur 2014 serait plus démonstratif que les tableaux…fastidieux mais plus représentatif!

    Fabmx1

    C’est vrai, il fallait un point de départ et répertorier toutes les sortes de primes, ce qui n’est franchement pas si simple. Un second sujet est en préparation…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire plus
Stefany HERNANDEZ, attention danger ! Part 2 Retrouvez la suite de l'interview de Stefany Hernandez, aussi cool qu'ambitieuse et déterminée. Elle nous parle de sa quête...