ITW Sylvain André / W1 Elite 2018: Dans la cour des GRANDS !

15/06/2018  Par Fabmx1 
0


Depuis ces dernières années, Sylvain André fait incontestablement partie des meilleurs pilotes de BMX au monde. En constante progression, l’an dernier  il remporte même la coupe du monde 2017 et termine second des Worlds à Rock Hill.  Déjà au top, Sylvain a clairement atteint un nouveau palier il y a quelques jours… Confirmation de  cette incroyable ascension, à Bakou pour les championnats du monde, il devient le nouveau champion du monde Elite 2018. Un aboutissement majeur pour cet athlète charismatique et atypique, qui rentre dans la cour des grands.

Il se livre  pour nous, tout juste deux jours après son titre de champion du monde Élite 2018 à Bakou, dans une interview pleine de passion et encore chargée d’émotion…

Photos: Craig Dutton & Jerem Pics

34877114_10217041956702130_5939019878567510016_n copie

-Te voilà champion du monde, tu te sens comment aujourd’hui ?

Bien ! Je commence tout juste à réaliser aujourd’hui. Après c’est pas qu’on est préparé mais c’est un peu comme une logique tout ça. Mais c’est plus violent comme truc que gagner la coupe du monde. En coupe du monde, tu as construit pas à pas ta victoire finale, là, c’est sur un jour, tout s’enchaîne, tu n’as pas trop le temps de penser au final. En coupe du monde finalement, tu as plus de stress sur les courses car il faut tenir ton leadership au classement général, donc tu as le temps de gamberger, course après course… Alors que pour les Worlds, tout va beaucoup plus vite.

-Pour toi, c’est une consécration ce qui t’arrive ? C’est un rêve de gosse qui se réalise depuis que tu as commencé le BMX ? Tu t’es dit « un jour je serai champion du monde !  » ?

À l’âge de 15 ans, je ne savais même pas qu’on pouvait gagner sa vie en pratiquant le BMX !

Honnêtement, pas vraiment, j’ai jamais trop marché aux rêves, aux buts précis du style « je veux être champion du monde ». Quand j’étais gamin, même encore à l’âge de 15 ans, je ne savais même pas qu’on pouvait gagner sa vie en pratiquant le BMX ! Puis un jour j’ai compris que je pouvais le faire, sans faire de plan sur la comète. Je ne me suis même jamais dit « un jour je veux être champion du monde ou olympique… ». Lorsque j’ai commencé en Élite, ça a été compliqué. À l’époque tu m’aurais dit que je gagnerai une coupe du monde, j’aurai rigolé !

 

Photo Craig Dutton

Photo Craig Dutton

-Et depuis quand tu as vraiment cru que tu pouvais y arriver ?

Franchement, depuis l’an dernier… Puis là cette année j’étais confiant,  j’allais à Bakou dans de bonnes conditions mentales.

Je n’avais aucune idée de qui avait gagné !

-Tu t’es dit, « j’y vais pour gagner » ?

Non pas vraiment, mais je me suis dit que c’était possible. Tu y vas au moins pour rentrer la finale, puis tu fais la finale et tu passes la ligne d’arrivée… Dès le passage de ligne, ce n’est pas que j’avais zéro émotion, mais bon c’était un peu comme passer la ligne premier lors d’un quart en coupe de France ! Pendant quelques secondes je ne savais pas le résultat et je ne voulais pas me faire de fausses illusions… Je n’avais aucune idée de qui avait gagné !

IMG_2570

Photo Craig Dutton

-Surtout qu’il faut avouer que toi tu ne savais pas si tu avais gagné, mais nous non plus tellement c’était serré ! On avait vu que Joris Daudet avait fait quelques petites erreurs dans cette dernière ligne, mais de là à ce que tu le passes in extremis sur la ligne, ce n’était pas évident de le voir ! Comment expliquer ton retour gagnant en dernière ligne sur Joris ?

Oui, en fait je pense que Joris a un peu assuré son dernier virage, un peu comme en demie où je suis derrière lui, sans chercher à l’attaquer… Moi je n’ai pas trop abusé dans ce virage mais j’ai quand même pris un peu plus large et je suis arrivé dans les bosses avec un peu plus de vitesse, d’élan en fait. Notre écart est passé de 2 mètres à 50 centimètres en 100 m quand même. J’ai surpris Joris je pense dans cette remontée, car il n’a pas vraiment pu anticiper mon retour vu que tout est assez étriqué dans les enchaînements sur cette piste où tu ne peux pas te retourner. Tu n’as pas un saut où tu peux le faire et ça change la donne par rapport à des pistes comme Papendal par exemple où tu as le temps de voir ce qu’il se passe derrière.

IMG_4699

-Donc, tu passes la ligne, tu attends quelques secondes puis on t’annonce que tu es champion du monde, il se passe quoi dans ta tête à ce moment précis ?

Là, je ne réalise pas vraiment, je me dis « yeah, c’est cool j’ai gagné ! », mais je n’explose pas de joie, car tu ne sais pas trop, tu n’es pas sur et certain que tu as gagné, tu es un peu méfiant… Ce n’est pas comme si tu passes la ligne avec 2 m d’avance et que là tu ne doutes pas, tu peux exploser. J’ai donc attendu qu’ils affichent officiellement le résultat, la confirmation ultime… Puis pendant 10 secondes tu réfléchis, tu te dis que ce sont les championnats du monde, demain j’ai le maillot, le numéro 1 sur la plaque, et que dans le sport c’est un des plus grands privilèges. Puis je me suis mis à chialer un peu comme une merde… (NDLR: hahaha !).

34904266_10217041953662054_3914990508530728960_n copie

-Justement, ça nous a fait drôle de te voir pleurer ! Tu pleures souvent comme ça ou c’est rare ?

En fait, je suis assez émotif, même si c’est un trait de caractère qui ne se voit pas ! Après, ça reste une course de « bicross », mais bon à ce moment quand je réalise et quand je repense à Nico (Arschoot) qui passe tellement de temps à nous entraîner, à Eva (Ailloud) qui reste toute seule à la maison mais qui me soutient toujours à distance, à tous mes potes qui me supportent toujours et qui ont souvent été déçu car ça a plus souvent pas souri que souri pour moi… Là c’est fort…

- Tu penses que tu n’as pas vraiment eu de réussite dans ta carrière ?

Non, je ne veux pas dire que je reviens de loin, mais j’ai eu des grosses désillusions dans ma vie de sportif et là d’accomplir ça, c’est tellement cool de concrétiser pour eux comme pour moi. Tu vois l’an dernier c’était à Rock Hill ma première finale monde, je savais que le tour je pouvais le gagner, mais entre y croire un peu, y croire beaucoup et finalement le faire, il y a beaucoup plus de « marches » que tu imagines…

IMG_2699

- Pour en revenir à Bakou, tu pensais pouvoir le faire le matin en te levant ? Tu penses avoir fait la journée parfaite ?

Non pas vraiment, je savais que j’étais en bonne condition pour le faire mais pas plus. Et la journée l’a confirmé je n’ai pas spécialement dominé, en manche je ne me sentais pas dominer quoi que ce soit, surtout sur ce style de piste. Tout peut arriver sur une piste comme ça, si tu rentres déjà en finale sans te faire taper en virage ou sans glisser, c’est déjà bien. C’est pas un track où ça déroule, où c’est grand. Style Papendal où tu peux te mettre une gate, tu sais que tu peux revenir sans problème et en doubler. Là à Bakou, c’était très compliqué. Je n’ai donc pas fait la journée parfaite. Heureusement, en finale, je me suis énervé quand il fallait…

-Le fait de battre Joris à la régulière, est-ce que ça ne t’a pas « désenvoûté » vis-à-vis de lui, n’as-tu pas l’impression que dans le ressenti des gens, tu es passé d’éternel second à leader du BMX Français et mondial ?

Non, pas « désenvoûté » car ça fait quand même quelque temps que je peux faire devant lui. Depuis plusieurs années oui, c’est clair, Joris m’a dominé sans hésiter, mais depuis quelques courses, ce n’est plus le cas. Sur les deux dernières années, sur les 8 finales de coupes du monde, je n’ai pas de complexes à avoir vis-à-vis de Joris. Même des autres, que ce soit Corben, Twen, Niek, David, Connor, etc., pour aller les chercher faut y aller ! Je n’ai plus de complexes d’infériorité par rapport à Daudet, ni de personne, sans pour antan garder de l’humilité et avoir énormément de respect pour tous ces champions et surtout pour Joris… Après, je ne sais pas au niveau de ce que pensent les gens, ils pensent bien ce qu’ils veulent ! ;-)

IMG_2604

Photo Craig Dutton

- Tu concrétises avec ce titre tout le travail depuis de nombreuses années, c’est un vrai aboutissement ?

En fait, s’il n’y avait pas les JO, tu te dis « ok la boucle est bouclée ! ». En plus l’an dernier je remporte la coupe du monde, là je suis champion… Tu rentres dans des cercles un peu à part au niveau du sport.

- Il te reste donc à terminer la boucle avec un titre Olympique et pour la gloire, un titre US ?

Oui, c’est ça un titre Olympique et on est bon là ! Après le titre US pourquoi pas ce serait à tenter pour ce que ça représente. Mais j’avoue que c’est moins prestigieux de gagner un titre US maintenant, qu’à l’époque. Il y a 5 ans par exemple, c’était un autre challenge, ce qu’à fait Sam (Willoughby) restera un truc énorme aux USA…

« Bravo mec, mais tu restes toujours le Poulidor ! ». Mes potes ne sont pas spécialistes de la langue de bois…

- Tu as reçu un fantastique accueil suite à ce titre, que ce soit dans le monde du BMX qu’avec ton cercle d’ami. Et quand tu es rentré, Eva t’avait fait une super surprise en réunissant tous tes potes. C’était j’imagine, une grande joie ? Tu t’attendais à ça ?

Je connais Eva, et elle ne fait pas les choses à moitié. Ils m’avaient fait le coup lorsque j’étais rentré d’Argentine après avoir gagné la Coupe du Monde, là je m’y attendais pas du tout. Cette fois-ci un peu, d’autant plus qu’elle me demandait tout le temps quand à quelle heure je rentrai, bref, je m’en doutai mais je n’étais pas certain. Et quand j’arrive, je ne vois pas de voiture de collègues garés, donc je me dis « eh bien non, on ira juste se faire une bouffe ce soir ! ». Puis, je me gare dans le garage et je vois tous mes potes… C’est trop bon, car tu peux recevoir tous les messages de félicitations du monde, le truc le plus important c’est l’accueil de tes potes et l’émotion que tu peux partager ensemble avec eux. Tu as presque l’impression qu’ils sont même plus contents que toi !  Et puis ils sont francs dans leurs sentiments, quand ça marche ou quand ça ne marche pas. Par exemple l’an dernier en rentrant de Rock Hill ce n’était pas la même. « Bravo mec, mais tu restes toujours le Poulidor ! ». Mes potes ne sont pas spécialistes de la langue de bois et quand ça ne va pas, ils le disent ! Alors les voir heureux après ce titre, c’est encore plus fort !

Vidéo du retour du champion à la maison !

-C’est quand que tu « inaugures » ce nouveau maillot ?

Déjà je ne suis pas à St Étienne ce week-end pour la coupe de France, car je  participe aux Crankworx à Innsbruck avec mon pote Amidou Mir. Ce sera donc à Sarzeau aux championnats de France.

Ça serait un peu con de terminer une carrière en étant champion du monde mais sans jamais avoir été champion de France !

- La pression quoi ! Avec un tel maillot, faut aller chercher le titre national maintenant !

Hahaha, je vais essayer, il y en a un paquet qui n’y est pas arrivé même avec un tel maillot ! Ça serait un peu con de terminer une carrière en étant champion du monde mais sans jamais avoir été champion de France ! Après, ils vont être particuliers sans Joris, sans Amidou, Romain Mahieu je ne sais pas s’il sera remis, Jerem Rencurel a des soucis de genoux, bref quoi… Après si je gagne, je serai content mais je me dirai qu’il manque des clients…

IMG_2639

- Sinon, tu as été contacté par des grands médias nationaux autres que ceux du BMX comme nous suite à ce w-e ? Pas de félicitations du président Macron ? :-)

Alors là, RIEN du tout au niveau médias nationaux !! Pas de nouvelles d’Emmanuel, mais j’ai mon président DTN et le capitaine du bataillon  qui m’ont félicités !

-Ok Sylvain, on sera là pour suivre ce challenge du titre national ! Merci pour cette itw, bonne chance aux Crankworx et encore grand bravo pour ce titre de champion du monde Élite 2018 qui a fait vibrer la France du BMX !

Merci beaucoup Fab pour cette interview et merci aux gens qui me supportent et m’encouragent, ceux qui m’ont envoyé pleins de mots gentils. Sachez que je vous en suis reconnaissant et que ça m’a beaucoup touché…

La fameuse finale des championnats du monde Elite 2018:











Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire plus
Guide de compétition SARZEAU Championnats de France Veuillez trouver ci-joint le guide de compétition pour le Challenge National et les Championnats de France de BMX qui se dérouleront...