Stefany HERNANDEZ, attention danger ! Part 1

03/01/2015  Par Fabmx1 
0


Stefany HERNANDEZ a les crocs ! Oui, attention à la Vénézuélienne, cette véritable guerrière qui, de saison en saison, monte dans la hiérarchie du BMX mondial féminin. Dans l’aspiration de Mariana PAJON, cette championne Latine, est aussi sympa que très motivée derrière la grille. Après une superbe saison où elle termine dans le top 5 mondial en SX Cup, celle qui se définit comme une « WARRIOR »,  nourrit de grosses ambitions et  ne cache pas son envie de médaille d’OR aux prochains J.O de RIO ! Nous l’avons interviewé pour vous, elle se livre avec passion et générosité. Stefany est une rideuse avec beaucoup de charisme et un gros cœur, autant dans la vie que sur son Chase ! ACTION !

_FAB4536

Elle rêve d’OR, en 2012 aux jeux de LONDRES elle échoue en demi-finale d’un cheveu…

Part 1 ITW Stefany HERNANDEZ:

Bonjour Stefany, tu peux te présenter, quel est ton parcours, ton palmarès ?

Hello, je m’appelle Stefany Hernandez, je suis une Vénézuélienne de 23 ans, je roule depuis beaucoup d’années, hahaha ! J’ai commencé à 5 ans !  J’ai débuté les courses SX en 2009 à Fréjus, puis je me suis intéressé au BMX Français. J’ai roulé en 2010 et 2011 en France, avec des participations à la Coupe de France et quelques rounds Européens. Je roulais à l’époque avec l’équipe de Carmine Falco. A cette période je commençais à pas trop mal rouler, mais en octobre 2011 je me casse la cheville aux Jeux Panaméricains… Après une longue convalescence, je réussis à bien récupérer et je commence à être entraînée par Thomas Allier à partir d’ avril 2012. Un mois après, je me qualifie pour les J.O de Londres.  Mais j’échoue en demi-finale… J’arrête le vélo un peu et en janvier 2013, je reviens puis commence à bien travailler. Mon objectif était d’être au top du BMX mondial. Depuis, je n’ai pas changé d’objectif… Voilà où j’en suis maintenant !

Pourquoi et comment un jour, tu as décidé de faire du BMX ?

Je viens d’une famille de BMX’ers, j’ai deux frères plus grands que moi qui roulaient déjà avant ma naissance… Un jour, alors que ma maman était enceinte et proche du terme, lors d’une course de BMX en regardant mes frères, elle a eu des contractions… vite on l’a transporté à l’hôpital, puis je suis venue au monde le 15 juin 1991 ! Donc, la suite est logique !

 Le BMX au Venezuela est-il développé ?

Dans les années 90’s le BMX au Venezuela était développé, mais après ça a commencé à être moins en vogue à cause des soucis économiques du pays et ça a beaucoup perdu depuis.

_FAB5768

Stefany Hernandez est une battante, une véritable guerrière sur la piste. En dehors c’est autre chose, elle plaisante et rigole beaucoup.

 Tu es aussi connue dans ton pays que Mariana Pajon en Colombie?

Non ! Pas comme Mariana… Il me manque une médaille d’Or Olympique pour ça ! (rires!)

 Tu vis à Aigle (Suisse) à l’ UCI World Cycling Center, comment ça se passe, tu t’entraînes tous les jours sur la piste?

Ça se passe bien, l’ambiance et le groupe de travail sont au top, on a un super coach et des supers outils pour notre développement. Au niveau du training, ce n’est pas tous les jours au centre, juste, trois fois par semaine.

 Tu y résides toute l’année ou tu retournes souvent au Venezuela?

Depuis 2012, je réside essentiellement ici en Suisse, et généralement, je retourne au Venezuela pour les fêtes. Mais c’est la première fois cette année,  que je reste ici pour faire une bonne préparation hivernale.

 Comment tu finances l’hébergement et ta vie à Aigle, tu as des aides, c’est la fédération du Venezuela qui paye?

Oui j’ai des aides du ministère des sports du Venezuela et maintenant j’ai une bourse de Solidarité Olympique.

_FAB1450 copie

Stefany en mode « WARRIOR », comme au start à l’Indoor de ST Etienne…

 C’est Thomas Allier ton entraîneur, il t’apporte beaucoup?

Oui, je travaille avec Thomas depuis 2012, il m’aide beaucoup dans mon évolution sportive, tout ce qu’on fait ensemble me donne énormément confiance en moi, et ça se voit sur les races. C’est magnifique, la sensation d’être vraiment prête le jour des courses sur la grille de départ, grâce à tout ce travail en amont…

J’ai de super-belles sensations avec mon vélo, et le moment va arriver ou je vais gagner des grandes courses…

 Quelle est la semaine type d’entraînement pour toi?

Pendant la semaine on travaille différents points, on a des séances de musculation, de pliométrie, on fait des sprints, on roule sur le vélodrome, on fait du vélo de route et surtout, on s’amuse  des heures avec notre BMX !

 Cette année tu as fait une très belle saison, tu peux nous dire comment tu l’as vécue?

Oui, je suis très contente de ma saison, ça me donne confiance en moi. Je me suis rendu compte que lorsqu’on fait un travail régulier et qu’on est confiant le jour des courses, ça se passe comme tu le veux. Mon objectif pour la saison passée c’était d’être Top-5 mondial en SX, et j’ai réussi ! Alors ça, tu vois, ça me rend fière de tout ce travail !

 Est-ce que tu fais un complexe “Mariana Pajon”? Tu es souvent proche de la battre, tu penses que c’est faisable bientôt?

Non, Mariana c’est une grande athlète qui s’est toujours donnée à 100% pour être ce qu’elle est, et elle mérite tout ce qu’elle réalise. Je commence à comprendre ça maintenant, et c’est là maintenant que je prends conscience de tout ce que ça implique pour y arriver. Ainsi je progresse… J’ai de super-belles sensations avec mon vélo, et le moment va arriver ou je vais gagner des grandes courses… Et peu importe qui est à mes côtés sur une race !

Portrait de Stefany Hernandez sur la TV Perfil Deportivo-Venezuela:

(SUITE de cette ITW, demain dimanche 4 janvier)

 









Vous aimerez aussi




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire plus
Race: Australian BMX Series RD 1&2 Cette fin de semaine en Australie où c'est l'été en ce moment, il y avait l'ouverture sur la Gold Coast (la côte d'Azur...