Magalie POTTIER, l’élite dame de cœur…

21/11/2014  Par Fabmx1 
0


Magalie Pottier est certainement une des icônes féminines du BMX, les plus appréciées en France et dans le monde. Cette championne, toujours très abordable et généreuse avec les gens, véhicule une belle image de notre sport. Travailleuse acharnée, elle donne de sa personne  pour atteindre ses objectifs. À travers nos questions, elle se livre à cœur ouvert et sans retenue, sur les J.O, son amour pour le BMX et son avenir…

-Salut Magalie, alors comment tu vas ? Tu nous fais un petit bilan de cette année de reprise ?

 Bonjour Fabmx1, bonjour à tous, je vais très bien, merci.

La saison 2014 était pour moi une année de transition, le but était de reprendre le rythme des entraînements et des compétitions, évaluer mon niveau actuel pour voir quel axe de travail choisir. Il est important de travailler spécifiquement afin d’avoir une préparation olympique optimale. Je n’avais aucun objectif de résultats cette année, il était important pour moi de reprendre goût à la compétition et de me faire plaisir sur mon BMX. Ce qui est chose faite désormais.

_FAB3067

 -Pourquoi avoir fait un break de quasiment une année après les J.O de Londres? Tu saturais ?

J’ai fait un break après les J.O de Londres car j’avais besoin d’avancer sur mes études de Masso-Kinésithérapie à Marseille, de « régénérer » de l’aventure olympique et de la saison 2012 très intense et chargée en émotions… J’avais aussi besoin de prendre du recul afin de faire un bilan, un travail sur moi-même et partager plus de temps avec mes proches.

 -Revenons sur ces J.O, tu y arrives en grande favorite pour une médaille, tu fais de très belles qualifs jusqu’à l’ultime finale… et là, tu n’obtiens « qu ‘une » septième place. Est-ce qu’avec le recul, il y a un truc qui t’a manqué, une chose que maintenant tu changerais, ou alors tu as loupé ton start tout simplement ?

Aux J.O de Londres, j’ai tout donné à l’image de ma saison 2012, où je termine Championne du Monde et n°2 mondial. Les J.O c’est la course d’un jour, j’adore ça ! En amont, je m’étais bien préparée pour être à 100% de mes capacités à ce moment-là. J’ai mis des priorités entre le sport et les études. Suivant les années post ou pré olympique, j’ai bien travaillé avec mon préparateur mental Anthony PERRIN et j’ai suivi un entraînement sérieux et régulier au Pôle France Élite à Aix en Provence avec Fabrice VETTORETTI, Arnaud HAYS . Puis j’ai finalement pris soin de mon corps en ayant un suivi médical régulier, au Creps d’Aix, avec l’Équipe de France, mais aussi fait un travail de prévention et parfois d’urgence, avec mon ostéopathe Anthony OLIVERIO que je tiens à remercier grandement.

Je pense qu’il a manqué également une bonne entente entre tous dans l’Équipe de France

J’étais donc prête pour Londres… Mais en effet, j’aurais beaucoup aimé ramener une médaille, et suivre les traces d’Anne Caroline CHAUSSON. Lors de la finale, je n’ai pas pris le meilleur des départs, mais j’y croyais toujours, j’ai fait mon possible pour revenir, tenter des trajectoires, et finalement sans succès… Mais, je me suis battue jusqu’au bout, ce qui est pour moi déjà une première victoire. Je pense qu’il a manqué également une bonne entente entre tous dans l’Équipe de France, le contexte n’était pas facile et on s’est adapté du mieux possible… Au passage, un mois plus tôt au Championnat du Monde, on ramène presque toutes les médailles… Je pense qu’il est important de le souligner car malgré le contexte, on a aussi réussi à performer ! Mais je suis persuadée qu’à l’avenir, un bon travail collectif où chacun y retrouve sa place et y mette du sien, est une des clefs de la réussite humaine et sportive.

_FAB2897

 -Quand on est en haut de la butte de départ d’une finale des J.O, que l’on sait qu’une partie du monde entier à les yeux rivés sur toi, il faut un mental d’acier pour surmonter l’énorme pression, non ? Est-ce qu’à l’entraînement avant ces J.O, vous avez été bien préparé mentalement à cette pression de dingue ?

Oui, il faut un bon mental, et justement c’est ça qui nous permet de faire abstraction du contexte pour rester dans le jeu… La pression en fait partie c’est normal et heureusement, car bien gérée, elle nous permet de faire des choses exceptionnelles… Il y a des outils pour ça et cela fait partie des choses que je travaille avec mon préparateur mental… La préparation mentale est pour moi un autre point clef de la réussite à très haut niveau… Ce pourquoi je travaille avec Anthony (Perrin) depuis la préparation olympique des J.O de Pékin 2008. Merci Anthony…

_FAB3013

-Tu connais les J.O maintenant et on sait que tu es sur la starting-list des prétendants pour Rio, tu es en mode J.O depuis un certain temps ? Tes programmes de courses et d’entraînements sont calqués en rapport avec cette échéance ?

Je suis de nouveau en route pour les J.O de RIO 2016. La motivation est bien présente et je fais les choses étape par étape car avant les Jeux, il y a la qualification olympique, ainsi que beaucoup de travail à mener. J’ai aussi d’autres objectifs de performances et de résultats qui me tiennent à cœur…  Au niveau de mon planning, en effet j’essaye également de bien calquer mes programmes en fonction des J.O mais pas que… Comme dis précédemment, j’ai aussi plein d’autres envies que celles centrées uniquement sur les J.O. À moi de trouver le bon équilibre entre tout ça pour être là au bon moment… Et je remercie au passage,  toutes les personnes qui m’aident au quotidien dans ma préparation, et qui me remettent sur le droit chemin lorsque parfois je dérive un peu.

_FAB6399

-Tu t’entraînes à SQY en ce moment, tu y vis ?

Oui, je m’entraîne désormais au Pôle Olympique à SQY.

J’ai une chambre à l’année, et en attendant que tout se mette bien en place, je navigue un peu, et je vais notamment m’entraîner au Pôle France Jeunes au Creps de Bourges, qui est une structure dans laquelle je m’y retrouve puisque c’est là-bas que j’ai fait mes premiers pas dans le haut niveau. Je m’y sens bien et j’ai mes repères, j’ai également beaucoup de plaisir à échanger, partager, prendre des nouvelles de toute l’équipe du Creps de Bourges…

_FAB5683

-Tu as donc repris l’an dernier tes études, tu en es où ?

 Mes études de Masso-Kinésithérapie avancent doucement et sûrement. Je suis désormais en 3e année. L’École de Marseille m’aide énormément et j’ai la chance d’avoir des aménagements qui me permettent de concilier au mieux le sport et les études. Je bénéficie entre autre, d’années aménagées qui me facilitent mon quotidien, afin d’être efficace dans chaque domaine. Ça me demande aussi beaucoup d’organisation et du travail en parallèle… J’en profite  pour remercier l’IFMK de Marseille, en particulier son directeur et ses professeurs pour leurs compréhensions, leurs écoutes et leurs soutiens auprès des Sportifs de Haut Niveau !

_FAB5171

-Tu as toujours le sourire et tu es une rideuse très abordable, est-ce que tu as conscience que beaucoup de gens t’adorent ?

 J’apprécie le partage, pour moi, c’est essentiel. Nous sommes tous passionnés, et il est important de continuer à s’amuser tout en restant concentré sur ce qu’on a à faire. J’essaye au maximum d’être disponible pour tous, car j’aime le sport, j’aime la vie, j’aime aider et quand je sens que c’est réciproque, naturellement le sourire arrive !

-Ta vie après le BMX tu la vois comment ?

Pour le moment, je mène de front le BMX de haut niveau et mes études de Masso-Kinésithérapie. Plus tard, je souhaite développer une certaine polyvalence pour pouvoir être une bonne kiné et en même temps aider, apporter mon expérience du haut niveau dans le sport en général et dans le BMX s’y besoin. Plein de domaines m’attirent j’irai où je me sens bien et utile.

_FAB5407

-Cite moi tes meilleures copines dans le milieu du BMX en France, et en coupe du monde SX ?

Je m’entends bien avec la plupart des athlètes, j’aime beaucoup rider avec Mariana PAJON et Caroline BUCHANAN. On se tire vers le haut et j’aime cet état d’esprit…

Pour espérer vivre du BMX, il faudrait aller aux Etats-Unis.

-Tu vis du BMX ?

 On va dire que ce n’est pas simple, c’est encore un point faible en BMX, nous somme une discipline jeune, dynamique et surtout Olympique ! On devrait réussir à en vivre, malheureusement pour le moment ce n’est pas encore ça. Pour espérer en vivre, il faudrait aller aux Etats-Unis. Cependant, les choses bougent de plus en plus, et à l’avenir j’espère qu’on verra des athlètes français, rester en France tout en étant vraiment professionnels ! Malgré ça, j’ai une équipe autour de moi qui m’aide pour gérer les différents partenariats. Je tiens à remercier principalement Anthony JOUBERT, qui m’aide bénévolement depuis quelques bonnes années maintenant ! Globalement, on se débrouille mais ce n’est pas simple, ça prend beaucoup de temps et c’est du travail en plus, mais qui est important pour continuer l’aventure et pour l’image du BMX en général…

_FAB5396

 -Tu n’es pas un peu dégoûtée de parfois gagner le tiers en prime d’arrivée, que les hommes ?

Oui, je suis 100% d’accord. C’est anormal, maintenant on s’entraîne autant que les hommes, et nous sommes de plus en plus nombreuses… Aujourd’hui, nous avons des quarts de finales même sur les courses françaises ! Je ne peux pas me battre sur tous les fronts mais j’aimerais tellement que cela devienne désormais égalitaire ! Il y a quand même eu du progrès, et merci à Laëtitia LECORGUILLE qui a bien fait avancer les choses à un moment donné et les primes ont augmenté sous son impulsion, maintenant il est important qu’on soit encore plus nombreuses à être dans cette même démarche…

-Justement tu parles de Laëtitia, elle a récemment annoncé son retour, tu en penses quoi? 

Je pense que c’est une très bonne chose pour le BMX, le BMX Français en particulier… Laëtitia représente l’une des grandes figures du BMX en général. J’avais trouvé son arrêt de carrière un peu brutal et j’apprécie son retour et son nouveau défi qui est très courageux ! Je pense que cela va également booster l’Equipe de France, l’équipe féminine plus précisément, et j’espère qu’un esprit d’équipe va se dégager dans cette nouvelle aventure olympique permettant aussi à chacun de s’exprimer individuellement lors des compétitions. Bon courage et bonne réussite à Laëtitia !

 -Est-ce que finalement ça vaut le coup de s’entraîner dur, prendre des risques et ne pas réellement  bien gagner sa vie comme dans d’autres sports féminins ?

 Oui, car on fait ça avant tout par PASSION et qu’avec l’expérience, la pratique, on acquiert une certaine maîtrise qui nous permet de mieux gérer les risques. En parallèle, on a aujourd’hui des structures sportives de haut niveau qui nous permettent également d’assurer notre avenir professionnel… Je pense au Pôle France Jeune du Creps de Bourges, à l’ancien Pôle Élite d’Aix en Provence, et au nouveau Pôle Olympique à Saint Quentin en Yvelines… Merci aux personnels de ces structures qui nous aident au quotidien pour concilier du mieux possible « Sport-Etudes »… Donc oui ça vaut largement le coup, car en plus on vit et partage des émotions fortes, uniques et magiques !

zzzz

-Si tu avais un conseil à donner à un ou une jeune qui commence à faire des résultats en BMX et qui s’engage dans le haut niveau ?

Qu’il (ou qu’elle) croit en lui, en son projet, en ses idées, qu’il les partage, car dans le sport comme dans la vie tout est possible. Qu’il se fasse plaisir avant tout, qu’il travaille, qu’il trouve ses limites, qu’il écoute, qu’il respecte, qu’il persévère et bien plus encore…

-Si tu as des gens ou des partenaires à remercier, c’est le moment Magalie !

Je remercie de nouveau toutes les personnes citées précédemment, je remercie mes proches pour leur soutien éternel, je remercie tous mes partenaires qui me permettent d’avancer et de performer (Dn1 Pays de la Loire, Oakley, Troy Lee Designs, Sierra SHOES (développement de chaussures automatiques haute performances, moulées au pied), Isostar, Onyx, la Région des Pays de la Loire, le Comité Départemental Olympique et Sportif de Loire Atlantique (CDOS), le Club Atlantique Sport, Clearprotect, Abp Import) et prochainement de nouveaux partenaires… Je remercie toutes les personnes qui me soutiennent et m’encouragent sur les pistes ou via les réseaux sociaux, ça fait vraiment plaisir ! Je remercie aussi les différentes associations qui m’ont récemment élue Marraine : en 2012 : l’association : http://pouraidermorgan.over-blog.com/et le « Club de BMX la Chevrolière : http://bmxlachevroliere.over-blog.com/ » près de Nantes. En 2014 : «  O ma vie : http://www.omavie.org/agir-pour-donner-a-un-enfant-qui-souffre-un-autre-horizon », et merci à « l’Equipe de France de TRIAL : https://www.facebook.com/FranceTrial?fref=ts »!

Finalement, je te remercie Fabien ROLLAND et FABMX1 pour cette interview, et souhaite beaucoup de réussite à ce nouveau site web de BMX qui fait énormément avancer le BMX en général et encore plus le BMX français, grâce à ses infos, images, vidéos et interview exclusives ! En remerciant aussi les autres sites de BMX français qui font partis du relais de l’information nationale et internationale.

-Pour conclure, tout le staff du site te dis  un grand « MERCI »,  pour l’image que tu donnes du BMX, pour tes performances et pour ta disponibilité. On te souhaite du fond du cœur de réussir tes objectifs !

 

 









Vous aimerez aussi




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Lire plus
Flash News, Jared Garcia signe BOX !   C'est certainement le transfert du moment aux USA... Jared Garcia, celui qui a fait sensation en SX CUP et en championnat...